Créé le 15 juin 2010 Écrit par Benjamin Catégorie : Financer son entreprise
Publié le 15 juin 2010
Share

Benjamin RibanoVous êtes créateur ou repreneur d’entreprise et vous allez bientôt effectuer une demande de crédit professionnel auprès d’une banque. Naturellement, vous voulez mettre toutes les chances de votre côté et vous souhaitez vous préparer à cette étape. Mais sur quels critères se basent les banques pour accorder un crédit professionnel ? Quelles sont leurs attentes ?

Tout d’abord, la banque souhaite, à priori, vous compter parmi ses futurs clients. Mais avant cela, elle doit s’assurer que vous répondez à ses exigences. Elles diffèrent selon les banques mais en matière de crédit professionnel, certaines règles dominent.

La banque va devoir vérifier que vous êtes en mesure de porter et de réaliser le projet que vous allez lui présenter. Pour cela, elle s’assurera que votre formation et votre expérience professionnelle sont en adéquation avec votre projet. Ensuite, elle appréciera la proportionnalité de votre apport personnel au regard du montant que vous sollicitez. Enfin, elle jugera la viabilité de votre projet dans sa globalité.

Si votre formation et votre expérience professionnelle comptent tant, c’est parce que la banque considère, souvent à juste titre, que l’on ne s’improvise pas restaurateur, boulanger, ou encore négociant spécialisé. D’ailleurs, les statistiques leur donne raison.

Saviez-vous que seule une entreprise sur deux passaient le cap des cinq ans ?

Votre apport personnel doit respecter certaines proportions. Même si beaucoup semblent s’accorder sur un rapport minimum de 25 à 30 % d’apport personnel dans un projet de création ou de reprise d’entreprise, il n’y a finalement pas de règle précise en la matière. La proportion variera selon la qualité globale du dossier et de son porteur. Aussi, la banque évaluera la situation de votre patrimoine personnel et sera attentive à votre éventuelle marge de manœuvre après avoir versé votre apport. Effectivement, la banque appréciera qu’un entrepreneur s’investisse suffisamment dans son projet en terme financier mais, par ailleurs, jugera dangereux qu’il se démunisse totalement.

De manière générale, les banques préfèrent financer les activités qu’elles connaissent.

Par conséquent, sauf cas particuliers, ne leur demandez pas de faire crédit pour l’innovation ou la recherche. La rentabilité de votre projet doit évidemment être démontrée. Pour cela, il est capital de présenter un prévisionnel d’activité, généralement sur 3 ans, qui repose sur des chiffres réalistes. La rentabilité doit permettre de faire face aux échéances de crédits, payer suffisamment son dirigeant, laisser une marge de manœuvre pour le développement de l’entreprise, voire même laisser une marge de sécurité. La demande de crédit professionnel ne serait pas complète sans garantie. Attention, même de solides garanties ne permettront pas, à elles seules, de décrocher un emprunt bancaire à coup sûr. Il serait illusoire de penser qu’une banque prête pour la garantie alors que seules l’activité et la rentabilité de l’entreprise permettront de faire face à ses échéances.

Vous l’avez compris, une demande de crédit pour créer ou reprendre une entreprise ne s’improvise pas.

 

Share
Mis à jour le jeudi 16 janvier 2014 10:28

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir